dimanche 29 mars 2009

En Chimérie ? C'est où ? ... Pas si loin



Mes insomnies ont refait leur retour, il est probable que je travaille trop. Je passe par des moments de grandes euphories créatives et d’autres où je m’enferme dans les noirceurs du pessimisme. Je me dis parfois que ma frangine à raison : « Fais gaffe avec les hauts et les bas car un jour on descend l’escalier et on ne le remonte plus ». Ce n’est pas ce qu’elle m’ait dit de plus encourageant. Je me connais assez bien pour gérer ce genre de situations, ma motivation, mes envies, mes objectifs… seulement, côté émotionnel je gère de plus en plus mal ; peut-être ai-je même capitulé. Quand une amie me dit : « peut-être ne t’en sortiras-tu pas tout seul ? », cela me fait réfléchir pour en arriver inéluctablement à la conclusion que : « je n’ai peut être pas envie de m’en sortir ». Cette blessure du cœur, je n’ai pas tellement envie qu’elle se referme, car elle porte tout l’amour dont je suis capable ; en fait tout ce que je trouve bon et bien en moi. A ceux qui me qualifie d’obsessionnel, de malade, de masochiste, je n’ai qu’une seule réponse c’est : « Je t’emmerde ». Comme des pierres posées les unes sur les autres, je m’aperçois que je peux avoir de la robustesse mais un équilibre fragile ; malgré tout, le temps passe, l’énergie diminue et l’espoir n’a jamais cessé d’augmenter. J’ai arrêté de grandir depuis que je l’ai aimé, d’ailleurs dans les regards que je posais sur lui, il y avait bien un peu de celui d’un gamin émerveillé. L’Amour c’est comme la vie, ce n’est ni équitable ni équilibré. A des degrés plus ou moins forts, il y a toujours celui qui fait plus d’efforts, un qui donne, l’autre qui reçoit, un qui aime plus que l’autre, un qui souffre davantage… on peut réfuter, mais en regardant ça de plus près …

lundi 23 mars 2009

Scarification

Scarification in Africa by Anthony Asael
*
" Nous portons les cicatrices de nos blessures. A nous de les honorer, car elles disent aussi que nous avons survécu et que cela nous a peut-être rendu plus fort ou plus lucide "

*

vendredi 20 mars 2009

mardi 17 mars 2009

Débile²

En voyant cette photo, j’ai pensé à un coquelicot. Ne me demandez par pourquoi, la plupart des gens se seraient attachés sur la couleur plutôt que la forme, alors que moi, je n’ai pas eu d’autre idée débile que de me demander (et comme si cela pouvait exister) si ce n’était pas à tout hasard, un coquelicot albinos.

samedi 14 mars 2009

Aller Simple

Cathy : Je sais qu’un jour tu vas le faire
Moi : De quoi parles-tu ?
Cathy : Ce dont tu m’as parlé il y a quelques années, tu te souviens ?
Moi : oui, je me souviens… tu ne lâches pas le morceau dis-moi
Cathy : c’est parce que je sens qu’un jour tu vas le faire, je l’entends dans tes silences. Quand nous sommes entre amis et que tu décroches, je te regarde et je sais que tu penses à ça.
Moi : (silence) oui, peut-être mais pas toujours…
Cathy : pour moi c’est inconcevable
Moi : c’est juste une idée, une bulle d’air, un désir que j’entretiens. Le propre du désir n’est pas nécessairement sa réalisation, tu le sais bien
Cathy : peut-être, mais je sais qu’un jour on me dira que tu as disparu. Je sais que tu seras quelque part sur cette planète et que tu ne donneras plus de nouvelles.
Moi : (sourire) tu penses sans doute que c’est une fuite par égoïsme
Cathy : non… c’est tout simplement toi
Moi : (silence)

mercredi 11 mars 2009

L'inconnu de la semaine


"La beauté ordinaire"
dont parle la chorégraphe Carolyn Carlson, et bien...
je la ressens beaucoup chez cet homme...
*

lundi 9 mars 2009

Avançons...


Depuis les droits de l’homme, la France est à la ramasse, elle vit sur ses acquis et ce n’est pas faute de les défendre même quand ils sont complètement dépassés, ralentisseurs de progrès voir même inégalitaires. En fait la France c’est un peu comme l’Egypte qui depuis les pyramides n’a pas inventé grand-chose ; nous vivons sur des vestiges. Je ne pense pas que les Français sont assez cons pour imaginer un couple homo avec une plume dans le cul pour élever un enfant en le faisant jouer avec une boule à facette. Lu chez Janeck, le lien du figaro sur la reconnaissance de la famille homoparentale m’a fait sourire. Personne n’est dupe et il faudrait être bien hypocrite pour refuser d’admettre que ces familles existent et qu’il faut reconnaître leurs droits car la vie, la société, les mœurs évoluent. Intimement, je ne suis pas vraiment pour le mariage, je n’en vois pas l’utilité, ni pour les hétéros comme pour les homos. Je pense que si je disais « oui » un jour, ce serait surtout par fierté d’avoir près de moi quelqu’un d’assez confiant pour s’engager. Par contre la paternité est quelque chose qui me tient plus à coeur... peut-être cela tient-il à la transmission. Alors, voilà, je milite pour le mariage et l’adoption car je pense honnêtement que ce sont de vrais progrès sociaux qui feront avancer l’Hommes vers des fondamentaux basés davantage sur l’enrichissement personnel plutôt que financier, surtout quand on voit où ce dernier nous a mené.

jeudi 5 mars 2009

Un homme à la mer

Le problème est que je ne comprends rien aux choses de l’amour avec un grand « A » car ça se finit toujours par une crise avec un grand « C ». Peut-être qu’il n’y a rien à comprendre ? Pourquoi ne serait-ce pas finalement un concept aussi vague que le bonheur et que chacun pourrait déterminer à sa façon ? Une chose est certaine, je m’y prends mal, je manque de discernement et surtout de prudence. En amour je devrais suivre le fameux précepte de "ne jamais mesurer la profondeur de l’eau… avec les deux pieds".

lundi 2 mars 2009

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...