mercredi 31 décembre 2008

Puisque c'est la coutume...


Bonne et Heureuse Année à tous...

Mes amis, ma famille, à vous qui prenez le temps de me lire
Ceux que j’aime ainsi qu’à ceux que j’apprécie guère
Ceux que j’ai oublié, que j’ai connu ou qui sont revenus
Ceux que je connais et ceux que je serais amené à rencontrer
Ceux qui auront une pensée pour moi entre ce soir et l’année prochaine
Ceux qui me supportent, me tolèrent, m’encouragent, me comprennent et me soutiennent
*
Tous mes voeux de bonheur à tous les cons ; plus ils seront heureux moins ils nous feront chier
*
Bonne année et tout le meilleur, sans restriction et quelque soit la façon dont cela s’est terminé, à ceux qui m’ont aimé pour quelques instants ou pour plus longtemps…
*
Bonne Année au prochain qui osera… car sans lui, ce jour-là n’est pas plus ni moins important que la veille.
*
La petite chanson qui va bien avec :

Dido Amstrong « Never want to say It’s Love »

mercredi 24 décembre 2008

Déjà !?!

*
*
*

Et merde... nous sommes déjà à Noël !

mercredi 10 décembre 2008

My To Do List


Jeudi :
Je fais mes valises
Vendredi :
Je prends le TGV pour une courte nuit à Paris
Samedi :
Direction Reykjavik

Des questions ?

Post-It #5




dimanche 7 décembre 2008

Mauvaise ligne… putain de souvenir

Quand je suis arrivé dans la chambre de Rick, il m’a demandé si je voulais un temesta pour atténuer la descente de la cock. J’ai du lui balbutier un truc du genre « non, ce n’est pas la peine, j’en n’ai pas besoin ». En fait si, j’en avais besoin mais je ne voulais pas ajouter autre chose qui m’aurait mis dans un état pire que celui dans lequel j’étais déjà. J’avais perdu Ben de vu. A cet instant, je crois que cela m’était égal : ce qu’il pouvait faire et avec qui. Rick était face à moi et je n’aimais pas la façon dont il me regardait, je lui ai dit d’ailleurs. Son regard ressemblait plus à de la pitié qu’à de la compassion. J’aurais voulu me fondre dans ses bras et hurler des tonnes de questions : « Pourquoi est-il ainsi avec moi ? », « Pourquoi se sent-il obligé de se foutre un gode dans le cul alors que je suis dans la pièce d’à côté ? », « Pourquoi m’humilie-t-il sans cesse ? » Des pourquoi, j’en avais des brouettes entières ce qui était loin d’être le cas des réponses. J’ai simplement murmuré : « C’est pas facile tu sais » et Rick à répondu : « Oui, je sais Nico, je le connais et je sais. » Ben discutait avec deux mecs de San Diego. Il m’a juste jeté un regard indifférent. Je suis retourné à l’extérieur pour m’ouvrir une autre Bud. Une asiatique est venue s’asseoir à côté de moi et elle m’a demandé comment j’allais. Notant mon accent, elle a commencé à m’inonder de questions habituelles qu’on pose à des étrangers et alors qu’elle n’avait manifestement rien à foutre des réponses. Bien qu’exaspéré, j’ai répondu poliment. Elle était étudiante en médecine et j’ai fait preuve d’intérêt par rapport à ses études du coup son attention s’est montré un peu plus prononcé à mon égard. Puis, elle a levé la tête vers une des ses amies : « Hey Jane, comment ça va ? » puis elle s’est levée en s’excusant. J’ai finit ma bière et j’ai tendu le bras vers le bac pour en choper une autre. Ce que j’avais ingurgité par n’importe quels orifices avait finit par perdre de son effet et je me sentais nauséeux et angoissé. Nous avons passé la nuit ensemble, il s’est levé tôt pour parler à ses amis, Rick et Jess. Les murmures ne laissaient aucun doute sur le fait que je devais être au cœur de la conversation (le seul cœur que j’aurais pu touché finalement). Je n’était pas curieux de savoir ce qu’ils se disaient, je l’ai toujours aimé de mon mieux, je n’ai jamais rien eu à me reprocher… j’encaissais le fait que j’aimais pour deux et que cela n’aurait aucune issue positive. Je n’ai fait cas de rien, j’ai pris une douche et nous sommes rentrés à Los Angeles.
*
C’est étrange… que je conserve ce genre d’images mentales de lui, des images perdues dans mon esprit et qui refont surfaces aux moments les plus bizarres.
*

vendredi 5 décembre 2008

Mr Freeze

Il y a encore quelques mois, je rêvais d’un soleil encore plus chaud et intense que celui du Sud de la France. Je prévoyais plus ou moins, d’aller améliorer mon Espagnol en Andalousie ou alors me reposer quelques jours dans un riad au Maroc. Simplement me prélasser au bord d’une piscine, inviter quelques amis sur la terrasse d’une maison blanchit à la chaux pour un petit barbecue improvisé et en fumant la chicha. Aujourd’hui, je me retrouve à acheter des blousons, gants, écharpes, bonnets. Direction l’Islande, j’ai troqué le toit en terrasse au profit du toit du monde. Je vais retrouver Astros et Kolbrùn, deux folles à lier que j’adore et qui me promettent de me faire oublier le froid et je sais trop bien comment. Il est probable également que tout ce que je pourrais fumer là-bas, c'est le saumon. Comme je n’aime pas voyager seul, je l’ai invité lui aussi alors que nous nous connaissons que depuis quelques jours. Donc probable aussi, que je ne suce pas que de la glace. Emma me prends pour un fou mais cela ne la surprend pas, d’autres amis s’inquiètent déjà pour moi mais est-ce bien utile ? La vie, c’est une poignée d’années et j’ai bien décidé d’en profité en restant ce que je suis avec la même devise : « qui m’aime me suive ».

lundi 1 décembre 2008

Into the Wild


Happiness is real when shared / Le bonheur est réel que partagé

*

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...