mardi 31 mai 2011

Rupture

Après tant d’années, je suppose que cela doit te paraître plutôt soudain et brutal. Tu ne l’as pas senti venir, hein ! Cela m’a pris comme ça, aujourd’hui. Finalement, pour moi aussi c’est une surprise, je me disais toujours « ce n’est pas le moment » mais là j’en ai ma claque. Depuis quand nous connaissons-nous ? Depuis le Lycée… oui peut-être bien. P’tain, nous en avons fait des sorties ensemble et des sacrées en plus. Franchement, ce que je ne pourrais jamais te reprocher c’est ta fidélité, dans les bons comme dans les mauvais moments. Je dois avouer d’ailleurs, que j’ai pas mal abusé de toi dans les mauvais. Et tu étais là, même en pleine nuit et quand tu n’étais pas là, je te cherchais dans toute la ville pour t’avoir à disposition de mes lèvres. Nos absences loin l‘un de l‘autre étaient de courtes durées. Nos « break » n’ont jamais été vraiment significatifs. Mais tu sais, c’est quand tu me fais du bien que tu me fais le plus mal, et je ne sais pas dans quelle mesure je pourrais en crever. J’ai changé mais toi aussi tu as changé, regarde un peu comment tu te sapes maintenant, ça fait peur ; tu es de plus en plus exigeante et tu en veux toujours plus. Oh je sais bien je m’attends à te voir revenir à la charge, mais même par plaisir je n’éprouve plus celui de t’avoir en bouche. Puis, arrête cette arrogance en pensant que je vais compter les jours jusqu’à ce que je craque et que je revienne vers toi. Cette fois, je ne ferais pas cette erreur, cela m’inciterait trop à reprendre. Alors, tire-toi, ne vient pas me tenter, si l’on se croise en soirée, peut-être oserais-je un petit smack sans plus. Je te demande de respecter mon choix et de te tenir loin de moi. Notre relation est consumée, terminée et je voudrais, comme tu sais si bien le faire, que tu partes… en fumée.



Photo : Cigarette by 5stellaWasAdriver

jeudi 26 mai 2011

Mr. Stache

Mr. Stache est un court métrage américain écrit et réalisé en 2011 par Jac Schaeffer avec Rich Sommer et Amy Smart dans les rôles principaux. Ce film est tiré de "My Movie Pitch" de John Nash. Même si la trame est inversée cela reste tout de même très (très) inspiré du livre « La moustache » d’Emmanuel Carrère qui fut adapté au cinéma en 2005 avec Vincent Lindon dans le rôle principal. Mr Stache m’a beaucoup amusé, c’est émouvant, bien joué et surfe sur une philosophie humaniste comme ils savent si bien le faire outre Atlantique.


vendredi 20 mai 2011

Non finito

Bien sûr, son comportement me suggérait de ne pas tomber amoureux alors que la démarche était déjà bien entamée puisque j’étais sous le charme. Et pour une fois, j’ai écouté. Ma vie me paraissait il y a encore peu, assez compliquée que je n’éprouvais pas le besoin d’en rajouter. En avançant dans la vie, j’apprends à apprécier les rencontres, certaines émotions, les moments d’attentions sans forcément vouloir à tout prix « consommer ». Le plaisir des yeux et des sens a pris le dessus avec l’ultime satisfaction de ne pas tout gâcher. Quand je suis passé devant lui, il m’a regardé et je lui ai murmuré que cela faisait très longtemps que je n’avais pas croisé quelqu’un d’aussi séduisant et plein de charme. Il me décroche un sourire qui me fait rougir et il me remercie. C’est à notre deuxième rencontre qui n‘était pas vraiment due au hasard, une semaine plus tard, qu’il m’avoue qu’il est en couple. Je ressens une déception d’abord et inexplicablement un certain soulagement aussi. Nous nous sommes revus, j’ai fait la connaissance de son ami, nous avons partagé des verres ensemble, mangé autour de la même table et, il me raccompagnait chez moi après nos soirées. Je ne lui en veux pas d’être heureux, comment le pourrais-je ? Le seul reproche que je peux lui faire (et s’en est pas vraiment un) c’est ce regard qu’il pose sur moi comme un regret et ses lèvres qui s’approchent dangereusement des miennes lorsque nous nous disons au revoir. Oui, avec le temps, avec l’âge pour être honnête, j’ai appris à goûter à des plaisirs incomplètement partagés qui éveillent des émotions qui resteront ce qu’elles sont, c’est-à-dire : des émotions… sans en vouloir à l’autre.

vendredi 6 mai 2011

Dirty Love

Ce court métrage n’est sans doute pas l’un des meilleurs que j’ai vu, mais il crée toujours en moi un certain plaisir… des plaisirs : celui de se mettre dans la peau du personnage, le personnage lui-même (très séduisant), la sensation d’excitation et les lieux où j’aurais pu le croiser, allez savoir…



Année : 2006 Réalisateur : Michael Tringe Acteurs: D.T. Matias, Matthew Barry Ryan and Dustin Varpness

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...